L’enfant philosophe

Κλαῦσά τε καὶ κώκυσα ἰδὼν ἀσυνήθεα χῶρον.

Empédocle, fragment B.118

rapporté par Clément d’Alexandrie (Stromates, Livre III, chap. 3)

« J’ai pleuré et j’ai sanglotté à la vue de cette demeure étrangère » : le cri de l’enfant qui naît restitue les éternels premiers mots de tout philosophe exposé à son insu à l’impensable dehors.

Cette entrée a été publiée dans Qu'est-ce que la philosophie ?. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>