L’intermède sur la politique.

Après avoir examiné l’idée que la vérité est une idée creuse, tout en étant relatif, Platon se demande si la relativité s’applique aussi au domaine de la politique. On passe ainsi de la relativité du vrai et du faux à la relativité du bon et du mauvais que visent les lois.

Au passage Platon distingue, pour les opposer, la vie politique, aliénée au social, et l’existence philosophique offerte au loisir de penser.

Théétète_politique