Charlot

Eloge de la distraction

Aveugle au possible, submergé par le réel, Charlot incarne la pleine présence au présent. Son mode d’être relève en ce sens de la distraction, cet art involontaire d’être absent à l’absence et présent au présent, présent au présent (gift) du présent.

Dans les Temps modernes, Paulette Goddard, sublime d’innocente beauté, l’attend à sa sortie de prison. Charlot n’en revient pas et n’arrive pas à détacher son regard de cette présence absolue. Alors qu’ils marchent côte à côte (ils ont pris soin de prendre chacun son « bon » côté : les vrais couples ont toujours leur côté préféré), Charlot la regarde, ici, à ses côtés, et ne regarde donc pas devant lui : il se cogne alors dans un réverbère !

Ce coup du réverbère, qu’est-ce autre chose qu’un art d’exister ? De la distraction comme antidote au divertissement…

Ce que montre ce regard de City lights :


Cette entrée a été publiée dans Pour saluer.... Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>