Un dimanche au cachot

Nommer le cachot, cet impossible à décrire, cette quintessence de l’esclavage : « Bien des esclaves des Amériques durent connaître ce vertige : Qui pourrait croire cela ? » C’est précisément ce vertige qui produit cette non-phrase arrachée on ne sait comment à « l’incomprenable » que tente de bégayer Un dimanche au cachot : « Le quoi qui ne va pas ? », « Mais quoi qui ne va pas ? », « Mais qu’est-ce que quoi ? » Vouloir dire ça d’une « voix claire », ce serait le taire : « c’est par l’incomprenable, il dit, que l’on devine l’incomprenable. » Quitte à ce que « les mots se noient dans l’ombre », exposés de force à leur dehors – « ce qui se noue de différent derrière ce qui se dit. »

(G. Pigeard de Gurbert, revue Europe, mars 2008)

Cette entrée a été publiée dans Pour saluer.... Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>