Les Maximes d’Épicure dans la traduction du XVIIIè siècle de l’abbé Batteux suivies d’un texte collectif : « Épicure, le bonheur sans détour »