Présentation de Contre la philosophie

ACTES SUD

Guillaume Pigeard de Gurbert

Contre la philosophie

Essai

« un endroit où aller »

Où l’on voit que la philosophie passe sa vie à affronter ce qui la menace de mort.

On a pris l’habitude de se représenter la philosophie comme une activité intellectuelle : l’activité de réfléchir, d’analyser, de questionner, en un mot l’activité de penser. Et de là, on s’est mis à en attendre des diagnostics, voire des solutions pratiques, politiques, morales, éthiques, écologiques… Ce qui invalide cette image commune de la philosophie comme acte de penser, c’est qu’elle l’installe d’emblée dans le cercle de la puissance de penser, en passant sous silence le fond d’impuissance ou d’impossibilité de penser qui fonde toute philosophie et constitue comme la griffe de la philosophie. Or, la philosophie n’est pas un cercle, qui est fermé par définition, mais une piste, qui est un cercle brisé, ouvert à un endroit, par où entre ce qui va contre la philosophie et qui la fait exister tout en l’exposant au risque de son inexistence. Ce livre introduit une « nouvelle figure : la philosophie comme art de la piste. » S’il s’intitule Contre la philosophie, ce n’est donc pas par provocation, mais pour attirer l’attention sur le fait que la philosophie ne commence jamais par elle-même, ne se fonde pas sur une décision de la raison ni une simple action de pensée, et ne baigne pas dans l’élément du concept comme le poisson dans l’eau, mais se trouve tout au contraire d’abord en présence d’un dehors de la philosophie sans lequel celle-ci n’existe tout simplement pas.

L’AUTEUR

Guillaume Pigeard de Gurbert, agrégé et docteur en philosophie, a déjà publié chez Actes Sud Le mouchoir de Desdémone, essai sur l’objet du possible (2001). Il enseigne la philosophie depuis une vingtaine d’années. Depuis 2004, il vit à la Martinique, où il a cosigné le Manifeste pour les « produits » de haute nécessité (Galaade, 2009). Il est par ailleurs l’auteur de 7 leçons philosophiques (Ellipses, 2008) et de l’anthologie Si la philosophie m’était contée, de Platon à Gilles Deleuze (Librio, 2000).

Cette entrée a été publiée dans Livres. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>